Rechercher

Les albums...que d'émotions !

La joie, la tristesse, la colère, le dégoût, la peur, la surprise…voilà un panel d’émotions au travers desquelles nous naviguons tous depuis notre prime enfance. Les émotions sont inhérentes à la vie dès la naissance. Le tout jeune enfant est encore immature dans sa reconnaissance et sa gestion des émotions et les albums sont un magnifique terrain d’expériences et de sensorialités qui accompagne l’enfant dans le chemin sinueux, complexe et profond des émotions et de son rapport au monde.


Le monde des émotions

Les albums jeunesse, par leur variété, leurs histoires, leurs couleurs, leurs illustrations, offrent des expériences émotionnelles multiples. Au fil d’une même histoire, le lecteur peut être bercé par la joie, la tristesse, la peur et les albums proposent un espace où les émotions peuvent se vivre un peu « à distance ». Dans Aujourd’hui je suis, les émotions sont même au premier plan et l’enfant découvre de page en page les émotions ressenties par ce petit poisson, dont le graphisme s’adapte à son état émotionnel.

Les émotions ne sont pas à étouffer mais à vivre et l’enfant doit être accompagné, guidé afin de mettre des mots et du sens sur ce qu’il ressent en lui. Par la lecture d’album, Les émotions existent dans le discours et prennent place dans la relation entre le livre, l’enfant et l’adulte lecteur.


La peur…du loup

L’enfant rencontre la peur dès le début de son développement. On distingue des peurs innées, ou présentes au début du développement et des peurs secondaires qui se développeront à partir de 2 ou 3 ans. Culturellement, certains personnages des albums comme le loup, sont directement reliées à ce sentiment. Plusieurs fois lors de temps d’échange, cette question a été posée : « Faut-il lire des livres qui font peur aux enfants ? ». Il est alors fondamental de ne pas imaginer le monde du tout petit comme uniquement baigné d’émotions positives. La peur est un sentiment connu et ressenti régulièrement par l’enfant (la peur de l’abandon, la peur du noir, la peur des bruits particuliers…).

Et retrouver la capacité de ressentir ce sentiment au travers des albums permet de partager cette expérience avec l’adulte lecteur et d’apprivoiser les ressentis et expériences corporelles découlant de l’émotion.

Jouons à se faire peur

Les enfants aiment se faire peur, jouer avec ce sentiment tout à la fois redouté et attendu. Certains albums créent un espace où l’enfant peut non seulement partager cette émotion avec l’adulte lecteur, mais également la maitriser, jouer avec.


Dans l’album Va t’en grand monstre vert, le monstre peut être construit, déconstruit, rapidement ou lentement en fonction de l’enfant. Et lorsque la peur est trop vive, l’enfant peut fermer le livre ou s’éloigner pour diminuer faire diminuer la tension émotionnelle. Par la découverte des albums, l’enfant plonge en présence de l’adulte dans le monde émotionnel et en devient un acteur à part entière.

Sophie Ignacchiti


Les albums et références cités :

Va-t’en grand monstre vert, Ed Emberley, Kalëidoscope 1996

Aujourd’hui je suis…, Mies Van Hout, minedition 2018

Loulou, Grégoire Solotareff, L’école des Loisirs 1998



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout