Rechercher

Le 11 mai...et après: quelle place pour les parents en crèche?

Au fil de ces semaines de confinement et de fermeture, la place des parents, le lien a maintenir, le sentiment de continuité sont des questionnements qui ont traversé d'une manière très hétérogène les structures petite enfance. Pendant que certaines structures ont déployées des idées aussi imaginatives les unes que les autres (petites vidéos de mise en scène, journal de bord, appel hebdomadaire aux familles), pour d'autres, ce temps "hors norme" de fermeture s'est exprimé par une rupture brutale et sans précédent avec les familles, les laissant à une simple place d'usager. Qu'en est-il alors de la place du parent si importante dans l'accueil du tout-petit? Dans les structures fermées jusqu'à ce jour, le déconfinement progressif annoncé apporte son lot de joie, de stress, d'inquiétude, de questionnements sur les mesures à mettre en place. Beaucoup de structures optent pour le choix de ne plus faire entrer les parents dans la structure afin de respecter les gestes barrière.


Mais au delà de sa fonction sanitaire, que va provoquer cette mesure d'éloignement physique et symbolique du parent sur le bien-être du tout petit en collectivité et son sentiment de continuité? Et sur du plus long terme, lorsque la crise sera derrière nous, comment maintenir des années d'avancées pédagogiques sur la place du parent et ne pas retomber dans un accueil du jeune enfant fait de protocole d'hygiène au détriment de la relation à l'autre et le co-éducation? Nous devons alors veiller au fil des mois ,nous consultants petite enfance, formateurs, pôles pédagogiques, directeurs de crèche à penser le parent, non pas comme "un potentiel danger" mais bien comme un partenaire et accompagner les équipes dans le maintien de la qualité d'accueil du jeune enfant et de son parent.


Sophie Ignacchiti, Docteur en psychologie, Consultante petite enfance.






258 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout